Vient de paraître…

Deux empoisonneuses bordelaises. Henriette Canaby et Thérèse Desqueyroux

Éditions La Geste, octobre 2020, 288 pages, en vente dans toutes les librairies et chez l’éditeur au prix de 18€

Mon douzième livre vient de paraître cet automne chez La Geste Éditions ! Habituellement ancrée à ma Bretagne, je tente, avec ce nouveau titre, une incursion dans la région de Bordeaux. Mais c’est pour la bonne cause puisqu’il s’agit d’analyser une affaire d’empoisonnement exceptionnelle, et, par ce biais, de croiser les destins de Blanche Henriette Canaby et de son ombre fameuse Thérèse Desqueyroux…

Le procès de Blanche Henriette Canaby, dite Henriette Canaby, a passionné la France en 1906. C’était une « belle affaire », selon l’expression classique employée, qui mettait en scène à Bordeaux, devant la cour d’assises de la Gironde, une bourgeoise accusée d’avoir voulu empoisonner son mari, et accessoirement d’avoir fabriqué et utilisé de fausses ordonnances pour acquérir des substances toxiques. Scandale, amour, poison, mystère, tous les ingrédients étaient là pour affoler le public ! Belle affaire donc, mais nébuleuse, du fait de la personnalité de l’accusée, de ses déclarations tortueuses, et de sa protection par son réseau familial. Par un verdict indulgent, elle était finalement acquittée du chef de l’empoisonnement, et condamnée à une courte peine d’emprisonnement pour les faux. 

Son souvenir est resté dans tous les esprits puisqu’elle fut l’inspiratrice de François Mauriac pour créer son personnage de Thérèse Desqueyroux, héroïne du roman éponyme paru en 1927 et connu de tous. De nombreux écrits existent sur le procès Canaby… et bien plus encore sur le personnage de Thérèse Desqueyroux… Les fantasmes du temps et l’imaginaire se sont plaqués sur la figure de la criminelle, et je tente d’en dégager la réalité de la femme et de ses actes. 

J’ai donc entrepris dans ces pages une approche croisée de l’affaire, d’une part, par le dossier judiciaire Canaby consulté aux Archives départementales de la Gironde, d’autre part, par la presse, et enfin, par les écrits ou interviews de François Mauriac sur son rapport avec son personnage Thérèse Desqueyroux. J’ai voulu confronter les vies de ces deux femmes, celle de chair et de sang, et celle façonnée par le romancier. Au vu des pièces de procédure, j’exhume les faits reprochés à Henriette Canaby et scrute avec acuité sa personnalité, ses failles aussi. Passant de l’autre côté du miroir, j’éclaire la façon dont François Mauriac a perçu les enjeux du vrai procès, et, au-delà, sa vision du monde judiciaire et de la société à l’épreuve de la violence… et des passions qui la sous-tendent.

Bonne lecture à vous !

Vient de paraître… Crimes d’autrefois dans le Pays de Fouesnant.

Vient de paraître mon nouveau livre Crimes d’autrefois dans le Pays de Fouesnant, aux XVIIIe et XIXe siècles. Un livre richement illustré, tout en couleur.

L’immersion dans les archives judiciaires relatives au Pays fouesnantais a pour objectif de revisiter un pan de son histoire sociale et culturelle et d’éclairer son passé souvent méconnu.

Voleurs d’abeilles, incendiaires vengeresses, visionnaire de Marie-Madeleine, « chauffeurs » redoutables, assassins diaboliques, empoisonneuse de vaches… Vingt affaires passionnantes – des crimes ou des délits parfois gravissimes, parfois insolites – qui s’y sont déroulées entre 1700 et 1900, lèvent le voile sur la vie de nos aïeux à l’épreuve de la violence, de la peur, mais aussi des passions. Elles révèlent bien plus que des coupables, elles dépeignent l’époque et la société qui ont permis leur éclosion… et elles campent magnifiquement les femmes et hommes ordinaires des xviiie et xixe siècles. En effet, la parole est donnée ici aux gens du peuple, aux humbles, pour mieux pénétrer au cœur de la société d’antan qui prend alors tout son relief. Et l’on suit sa marche vers la modernité, en mettant en évidence l’évolution des mœurs et des mentalités sur ces deux siècles.

Cette étude n’est pas une épopée du crime, mais son explication par l’analyse minutieuse de ses causes et effets. Il s’agit tout d’abord de dégager des faits de violence ayant secoué de loin en loin le paisible Pays fouesnantais, les figures multiples de l’insécurité. Elle va nous permettre ensuite de mesurer l’influence de la misère, de la folie ou de l’alcool, ou la force des passions, parfois entrelacées, de la jalousie, de la haine, de la vengeance, dans le passage à l’acte. Finalement, ne s’agit-il pas de rechercher, dans l’apparente marginalité de ces criminels, de nos criminels, notre part d’humanité ?

Pierre Cavellat : Gens de justice et scènes de prétoire, pour découvrir la justice du milieu du 20e siècle

Le livre Gens de justice et scènes de prétoire sous le regard d’un magistrat, Pierre Cavellat, est toujours disponible sur le site de l’éditeur La Société des Amis de Louis Le Guennec, le site des Amis de Louis Le Guennec.

350 dessins et peintures figurent dans le beau livre qui lui est consacré. Celui-ci est disponible dans plusieurs librairies du Finistère pour le prix de 22 euros. Il est vendu par correspondance par la Société des Amis de Louis Le Guennec pour le prix de 25 euros, frais de port compris. Pour connaître les modalités de sa vente par correspondance, merci d’aller sur le lien suivant :  https://amisleguennec.wixsite.com/amisleguennec/contact

Les librairies peuvent aussi téléphoner au 09 54 03 13 88 pour être livrés.

Vient en outre de paraître dans le tout dernier bulletin de la SHAB, la Société d’histoire et d’archéologie de Bretagne, un article que j’ai écrit, « Le monde de la justice à travers l’art de Pierre Cavellat, magistrat et peintre ». J’y dévoile quelques aspects d’une oeuvre magnifique qui revêt un caractère historique.

 

Les Guérisseurs bretons sur Alternantes !

Invitée dans l’émission Bouquins en Bretagne de la radio Alternantes, je suis interviewée pendant près d’une heure par Daniel Raphalen pour évoquer le sujet des guérisseurs et sorciers bretons, et, par là, de la difficile médicalisation du département du Finistère au 19e siècle !

Voici le lien vers le « podcast » de l’émission Alternantes :

www.alternantesfm.net/emissions/bouquins-en-bretagne-invitee-annick-le-douget/

L’émission sera rediffusée le vendredi 28 septembre à 19 heures 30 .

Retour des Femmes criminelles en Bretagne au 19e siècle : une nouvelle édition vient de paraître !

En 2003 était paru mon livre Femmes criminelles en Bretagne au 19e siècle, Tourments, violences et châtiments (256 pages). Grâce à un succès rapide, et faute de retirage, l’ouvrage avait vite été épuisé et, depuis, il m’était souvent réclamé par mes lecteurs. Nous venons d’y remédier, et le livre est à nouveau disponible au prix de 18 euros, en vente directe, par commande chez l’auteur (voir onglet « acheter ») ou dans les Salons du livre où je serai présente (voir onglet « Conférences, salons et dédicaces »). Il est présenté dans quelques librairies (voir onglet « acheter »), ainsi que sur Amazon.

Femmes criminelles en Bretagne au XIXe siècle
Femmes criminelles en Bretagne au XIXe siècle

En voici le sujet :

Jeannie, Barbe, Marie et les autres… treize criminelles finistériennes parlent, plus de cent ans après leur procès d’assises.

Leurs tragiques destinées, tissées au fil de la violence, de la folie ou du désespoir, font revivre une époque à la fois proche et oubliée, celle de la Bretagne rurale du 19e siècle, et nous apportent un éclairage authentique et inattendu sur la condition des femmes de la campagne. Nous y découvrons leurs espoirs et leurs ambitions, leurs amours et leurs désillusions, leur vie intime et ses éventuelles dérives.

L’étude de ces dossiers d’assises, largement étayée par l’examen de multiples procédures pénales du 19e siècle, révèle en outre les comportements étonnants d’une société rurale confrontée tout autant à la violence criminelle qu’à la crainte de l’impitoyable machine judiciaire.

Guérisseurs et sorciers bretons au banc des accusés

Couverture Guérisseurs et sorciers bretons au banc des accusésJe présenterai au public le nouveau livre Guérisseurs et sorciers bretons au banc des accusés lors des prochaines manifestations prévues au cours de l’année 2018 (voir l’onglet Conférences, Salons et dédicaces ainsi que l’onglet Acheter pour tout renseignement complémentaire).

Présentation du livre Guérisseurs et sorciers bretons au banc des accusés Finistère, 1800-1950

À partir de 1803, la médecine, la pharmacie ou l’art des accouchements ne peuvent plus être exercés sans diplôme. La médecine populaire passe alors dans la clandestinité. Guérisseurs, rebouteux, sorciers de campagne et autres empiriques se retrouvent au banc des accusés, rejoints par les matrones, ces accoucheuses de campagne, et, un peu plus tard, par les sœurs de charité.

Mais le banc des accusés n’est pas celui de l’infamie, tant s’en faut. La population reste attachée à la médecine populaire, conforme à ses traditions, et elle soutient sans faillir les « praticiens de l’ombre ». D’ailleurs, elle n’a guère le choix, car la campagne du Finistère est à peu près un désert médical au 19e siècle !

Les témoignages sur les divers modes traditionnels de soin, extraits des archives judiciaires, défient souvent l’imagination. Mais qu’ils fassent frémir ou qu’ils prêtent à sourire, ils sont tous émouvants, car ils expriment les angoisses de la mort et sont forts des croyances et des espoirs partagés. La maladie n’est jamais éloignée du mauvais sort, et les procès de sorciers au petit pied dévoilent aussi un champ inattendu de pratiques superstitieuses.

Ce cheminement dans le passé sanitaire de notre région donne à voir la difficile médicalisation des campagnes. Et en laissant la parole aux gens du peuple, l’étude permet, par le biais de la santé et de l’intime, de pénétrer l’univers mental des Bretons et d’affiner nos connaissances sur la vie et la culture de nos aïeux.

Où trouver le livre ?

Soit vous le commandez directement  aux Éditions Le Douget, 99 route de Mestrezec – 29170 – Fouesnant en joignant un chèque de 18 euros (frais de port compris). Il vous sera expédié à la réception de la commande. Il est immédiatement disponible. Contact possible : par mail selon l’adresse indiquée dans la page contact. Soit vous l’achetez ou vous le commandez en librairie. Les librairies suivantes l’ont déjà dans leurs rayons : Audierne : Librairie Ar Vro ; Brest : Librairie Dialogues ; Briec-de-L’Odet : Mag-Presse Hémon ; Châteaulin, Espace culturel Leclerc ; Châteauneuf du Faou : Maison de la Presse, L’Instant d’A ; Concarneau : Espace culturel Leclerc ; Maison de la Presse ; Fouesnant – Pleuven : Espace culturel Leclerc ; Morlaix : Librairie Dialogues ; Pont-L’Abbé : Librairie Guillemot ; Quimper : Librairie Ravy, Librairie Coop BreizhEspace culturel LeclercFNAC ; Quimperlé : Librairie Penn Da BennEspace culturel Leclerc ; Rennes : L’Encre de Bretagne. Saint-Guénolé-Penmarc’h : Maison de la presse. Il peut être commandé dans toutes les FNAC de France, et sur internet, sur le site Amazon !

Table des matières

Chapitre I – Quand la médecine populaire devient illégale

L’empreinte du temps

État de la situation médicale du département

Chapitre 2 Les guérisseurs devant la justice

Une justice à la peine…

Démonstrations de soutien aux prévenus

Chapitre 3 – Guérisseurs et rebouteux : profils, pratiques et imprudences

Le profil des guérisseurs et des rebouteux arrêtés

Pratiques et imprudences de guérisseurs

Pratiques de rebouteux

Chapitre 4  Spécialités de guérisseurs

Chapitre 5 Médecins et guérisseurs concurrencés par les « bonnes sœurs »

De choyées, les sœurs deviennent personae non gratae

La justice marche sur des œufs

Chapitre 6 Charlatanisme et imposture

Entre médecine foraine, colportage et charlatanisme

Glissements vers l’ailleurs… ou vers l’imposture

Chapitre 7 Les sorciers face à la justice

Sorciers, sorcières et sortilèges dans le domaine de la santé et de la mort

Les juges face aux affaires de sorcellerie

Chapitre 8 Les matrones : la fin des accoucheuses de campagne

État des lieux : un constat inquiétant

Chasse aux matrones par la justice

Les résistances populaires à l’installation des sages-femmes diplômées

Chapitre IX Du guérisseur au médecin, une transition difficile

Les obstacles au développement de la médecine scientifique

Défiance ou indifférence envers la médecine ?

Signes de mutation

Gens de justice et scènes de prétoire sous le regard d’un magistrat. Pierre Cavellat (1901-1995)

Vient de paraître, publié par la Société des Amis de Louis Le Guennec, le livre Gens de justice et scènes de prétoire sous le regard d’un magistrat. Pierre Cavellat. L’ouvrage est consacré à une facette rare de l’oeuvre de Pierre Cavellat, artiste magistrat breton, celle des dessins et peintures à caractère judiciaire que je décrypte, légende et commente en les replaçant dans leur contexte. Pierre Cavellat a exercé dans plusieurs juridictions de l’Ouest de la France, et son oeuvre, exceptionnelle, éclaire à la fois la justice et la société du milieu du 20e siècle.

350 dessins et peintures figurent dans le beau livre qui lui est consacré. Celui-ci est disponible dans plusieurs librairies du Finistère (Ravy à Quimper, Dialogues à Brest et à Morlaix, Espace culturel Leclerc de Quimper, Quimperlé et Fouesnant) pour le prix de 22 euros. Il est vendu par correspondance par la Société des Amis de Louis Le Guennec pour le prix de 25 euros, frais de port compris.

Pour plus de renseignements, et pour connaître les modalités de sa vente par correspondance, merci d’aller sur le site des Amis de Louis Le Guennec.

et pour prendre contact afin de l’acheter : https://amisleguennec.wixsite.com/amisleguennec/contact

Les librairies peuvent aussi téléphoner au 09 54 03 13 88 pour être livrés.

Dernier article paru : Les travailleurs chinois à Brest pendant la Grande Guerre

Les derniers Cahiers de l’Iroise viennent de paraître en ce mois de mars 2017, sous la houlette de notre ami Yves Coativy. Le thème : 1917, les troupes de l’Oncle Sam débarquent à Brest !

J’y présente un article intitulé : Les travailleurs chinois à Brest pendant la Première Guerre mondiale. Meurtre au camp President Lincoln de Saint-Marc.

Janvier 1919. L’Armistice est conclu depuis quelques semaines, et Brest vit dans l’effervescence du reflux des corps expéditionnaires américains. La présence des travailleurs civils coloniaux, kabyles en particulier, et des travailleurs chinois, dont le recrutement a été décidé pendant la guerre par le gouvernement pour combler le manque de main-d’œuvre en France, est maintenue à la fin des hostilités, jusqu’au retour des ouvriers français après leur démobilisation. C’est le cas à Brest où les travailleurs chinois, auxquels nous nous intéressons de façon spécifique, restent affectés sur certains sites tout au long de l’année 1919. Outre ces Chinois stationnés dans des camps sur une assez longue période, un groupement de mille travailleurs chinois est mis à disposition de la base militaire n°5 de l’armée américaine à Brest du 2 au 13 janvier 1919. Un drame survient lors de son séjour quand le nommé Ouang Haï Hsiao, matricule 2107, donne la mort à l’un de ses compatriotes lors d’une altercation au motif pitoyable. Les investigations du juge d’instruction de Brest vont se heurter, d’une part, à la mobilité de ce groupe de travailleurs chinois et, d’autre part, à la réticence des témoins à collaborer avec la justice française. Finalement, Ouang Haï Hsiao sera jugé devant la cour d’assises du Finistère à Quimper le 29 juillet 1919. Ce dossier criminel est une occasion unique de nous pencher sur le sort de ces travailleurs de l’ombre, souvent oubliés, et dont l’histoire est peu connue en Bretagne.

Pour en savoir plus : http://www.cahiersdeliroise.org/

Le Pr Claude Monneret évoque l’affaire de la poudre Baumol !

Le professeur Claude Monneret, président de l’Académie de pharmacie, directeur de recherche au CNRS, vient de publier un livre aux Éditions universitaires européennes, « La révolution thérapeutique sous les Trente Glorieuses. Faits et anecdotes ». C’est avec intérêt que nous voyons qu’il traite dans ses pages de l’affaire Baumol et je suis fière pour ma part qu’il évoque mes recherches sur le sujet !

Le professeur Monneret remet le drame Baumol en perspective dans l’histoire de l’industrie pharmaceutique française, plus précisément dans l’histoire de la pharmacovigilance. Grâce à des livres comme le sien, cette affaire encore si douloureuse pour les victimes et leurs familles sort progressivement de l’oubli ; on ne peut que s’en féliciter !

Merci au Dr Massol pour son compte rendu dans Egora, et merci à Hervé Gonidec de m’avoir transmis l’information !

Les guérisseurs et sorciers bretons au programme des Cahiers de l’Iroise !

Vient de paraître en cette fin de septembre 2016 le hors-série n°4 des Cahiers de l’Iroise consacré aux « Médecins, apothicaires et charlatans » bretons, sous la direction de notre ami Yves Coativy. Comme d’habitude, y figurent des articles variés et très intéressants, écrits notamment par Anne Guillou, Albert Laot, Christophe Lemagnent, Yannick Marzin ou encore Philippe Saliou.

Pour ma part, j’y présente un article intitulé « Guérisseurs, rebouteux et sorciers du Finistère devant la justice (1800-1950) »., manière de contribuer  – modestement – à éclairer l’une des facettes de la lente et difficile médicalisation rationnelle des campagnes finistériennes, restées longtemps à l’écart de la grande mutation sanitaire entamée au XVIIIe siècle en France. L’exploitation des archives judiciaires permet de donner la parole aux gens du peuple sur les pratiques et les croyances sur le corps, la maladie et la guérison. Un livre est en cours de préparation sur ce sujet passionnant, sans doute en 2017… Mais d’ici là, bonne lecture !

Pour en savoir plus : http://www.cahiersdeliroise.org/